Dîners insolites MPG2019, rencontre autour du livre chez Goulard à Aix

couverture du livre Les Dîners insolites MPG 2019 - Emmanuel Perrodin - Marie-Josée Ordener - Caroline Dutrey - Mayalen Zubillaga - editions de l'épure

Le 22 février 2020 à 16h, la librairie Goulard – Aix-en-Provence vous invite à une rencontre autour de l’ouvrage de Mayalen Zubillaga et Caroline Dutrey qui ont mis en mots et en images les Dîners Insolites coorchestrés par le chef Emmanuel Perrodin et Marie-Josée Ordener, directrice des Grandes Tables de la Friche, avec la complicité de nombreux cuisiniers du territoire lors de la saison MPG2019.
Paru aux Editions de l’épure, l’ouvrage est disponible en librairie depuis le 10 janvier 2020.

Rencontre avec…
Mickael Féval – Chef du dîner organisé à l’atelier Cézanne, Aix-en-Provence
René Bergès – Chef du dîner organisé au château Coussin, Trets
Mathias Dandine – Chef du dîner organisé à la Font de Mai, Aubagne

Librairie Goulard
37, Cours Mirabeau
13100 Aix-en-Provence

D’autres rencontres auront lieu à Arles, Marseille et La Ciotat. Pour en savoir plus, RDV sur FB @LesGTF (Les Grandes Tables La Friche)

Sielanka, la Pologne en Provence

Le Cours Sextius c’est notre Brooklyn aixois, notre Faubourg Poissonnière. Les loyers y sont (un peu) moins chers que du côté du Cours, l’autre, celui dont on ne dit même plus le nom. Mais pas de doute, la gentrification y est en route : Monsieur Chou a fait le pari de quitter son boudoir du Quartier Mazarin pour prendre ses aises à Sextius ; les chaises Drucker de la brasserie Faubourg 46 ont remplacé celles, en plastique thermoformé, du Cha Do tandis que Le Garde-Manger côté rue des Cordeliers occupe les locaux du mythique et regretté Bistrot aixois, hot spot de nos nuits estudiantines.

Fraîchement débarquée (en décembre 2019) au 22 Cours Sextius, Sielanka est une chaleureuse enclave polonaise en terre provençale : poutres, bar et mobilier de bois brut, sculptures traditionnelles en bois elles-aussi, mur d’étagères en caisses à pommes sur lesquelles s’alignent paniers et conserves colorées. Tout ce décor n’arrive pourtant pas tout droit de Pologne mais du quartier Noailles à Marseille où Sielanka s’appelait Un Coin de bonheur depuis 5 ans.

L’assiette est tout aussi réjouissante et dépaysante que l’ambiance. C’est une approche plaisante de « la cuisine polonaise, traitée avec une petite touche à la française », selon les mots d’une amie polonaise dont nous fêtions ce soir-là l’anniversaire.

Betterave. Pavot. Vodka. Sarrasin. Voilà à quoi se limite ma connaissance de la gastronomie polonaise. Si ces ingrédients classiques se retrouvent à la carte de Sielanka, on s’aventure bien plus loin : tartare de hareng mariné, effeuillé de jarret de porc, petits farcis au chou vert (la photo en une), croustillants de volaille… Des plats accompagnés de légumes du marché et de petits pickles maisons (les fameuses conserves visibles à l’entrée et réalisées l’été, en Pologne, par les propriétaires du lieu). Le chou farci est l’un de mes plats d’hiver favoris, roboratif sans être gras. Celui servi au Sielanka passe le test haut la main avec la présence du kasha (sarrasin torréfié) qui donne un côté croquant à la farce. Je mettais le kasha dans le muesli du matin et les cookies mais au prochain chou farci (recette ici), j’ajouterai une poignée de kasha (préalablement bouilli, petite précision utile du chef).

On entend dans cette cuisine l’écho de la Russie et des Balkans voisins : les pierogis rappellent les pirojki et la vodka polonaise n’a rien à envier à sa cousine russe tandis que les desserts sont agrémentés d’un sucre façon barbe à papa qui a le goût du halva que l’on rencontre de la Turquie à l’Oural).

Sielanka est un voyage à faire et j’espère que vous viendrez me le raconter ensuite !

Sielanka – Restaurant Polonais
22 Cours Sextius
13100 Aix en Provence
09 83 67 51 58
Ouvert du mardi au samedi de
12:00 à 14:00 et de 19:30 à 22:00
*
Entrées : 6 à 20 €
Plats : 18 à 21 €
Dessert : 7,50 à 10 €
Menu : 29 €
Menu enfant : 11 €

Fête de la cerise 2019

Deux cerises à vos oreilles, remontez le temps ce dimanche 9 juin 2019 dans les rues du village de la Roque d’Antheron qui fête ce fruit de l’été et replonge pour l’occasion en 1900 : locations de costumes, concerts, concours d’aïoli, balade gourmande, marché aux cerises, tirage de portrait à l’ancienne, brocante… Voici venu le temps des cerises !

Marmelade de citrons facile

citron igp amalfi italy limone lemon

pots de marmelade de citrons italien Amalfi IGP

Qu’ils viennent de Sorrente, d’Amalfi, de Syracuse ou encore des Pouilles, le parfum des citrons italiens me ramène immanquablement à Nocelle. Un petit hameau sur les hauteurs de Positano, point de départ du « sentier des dieux » qui serpente jusqu’à Bomerano. Là se trouve la villa Sofia. En contrebas de la route, la bâtisse est accrochée à flanc de falaise et cachée au milieu des citronniers. Entre leurs branches entrelacées court le câble de la tyrolienne qui permet d’acheminer les valises sans effort jusqu’à l’entrée de la demeure. Une fois les citronniers dépassés, la mer se dévoile. Je ferme les yeux et je la vois encore : d’un bleu céleste infini, interrompu seulement par Li Galli, les trois îles des sirènes qui causèrent tant de déboires à Ulysse et ses argonautes…
La récolte des citrons IGP Amalfi a lieu trois fois l’an mais c’est entre mars et juillet que les fruits sont les plus beaux. Nous y sommes ! L’occasion pour moi de vous proposer une recette facile de marmelade dont le goût est à l’équilibre entre acide, sucré et amer. Cette amertume que souvent l’on apprend à aimer sur le tard et dont l’Italie s’est fait une sorte de spécialité, du café aux amaretti en passant par les salades et l’écorce de citron.
Bien plus simple et rapide que la recette de de la confiture d’orange amère, cette préparation peu gourmande en énergie m’a été inspirée par Une Foodie Verte. Je cherchais depuis un moment à reproduire la marmellata di limoni de la marque Segreti di Sicilia. Notamment la texture. C’est chose faite. N’espérez pas en revanche obtenir un goût comparable avec les petits citrons vendus habituellement dans les grandes surfaces et dont l’acidité emporte tout. Ceux qui nous occupent sont plus gros, plus rugueux et généralement vendus avec les feuilles.

Pour environ 8 pots de 250 ml :

6/8 citrons italiens (des gros, des beaux. Demandez « colla corza spessa ». Les citrons de Menton peuvent aussi faire l’affaire)
1 kilo de sucre en poudre (ici : blond, bio et en vrac). Vous n’aurez pas besoin de la totalité
De l’eau
1 autocuiseur (au Thermomix, la recette doit être facilissime)
1 mixeur plongeant
1 cocotte en fonte (ou une bassine à confiture)

  1. La veille
    Ôtez les feuilles des citrons (attention aux épines), lavez-les et placez-les dans l’autocuiseur. Couvrez d’eau à hauteur et placez à l’envers la marguerite (ou la petite passoire fournie avec l’autocuiseur) pour maintenir les citrons au fond de l’autocuiseur. Placez sur feu moyen, dès que la soupape chuchote, laissez cuire 10 minutes. Eteignez le feu et laissez reposer pour la nuit.
  2. Préparez les pots
    Lavez et ébouillantez les pots et leurs couvercles (à l’aide de votre bouilloire ou en les plongeant dans une grande marmite d’eau à ébullition). Retournez les pots sur un torchon propre. Laissez sécher.
  3. Faites la marmelade
    Egouttez soigneusement les citrons. Hachez-les en mirepoix (en cubes) en ôtant les pépins. Attention, l’opération produit du jus en quantité. Pesez la quantité de citron obtenu.
    Pesez le même poids de sucre et placez le tout dans une cocotte en fonte. Portez à ébullition et laissez « buller » entre 5 et 10 minutes. La confiture fonce très légèrement. Mixez. A pleine puissance pour une texture lisse ou bien donnez seulement quelques tours si vous souhaitez conserver des morceaux. Mettez en pot immédiatement. Retournez les pots. Facile, non ?J’en profite pour vous redonner ici les recettes au citron de La Pintade aixoise :
    Recette de base : lemon curd
    Tarte au citron meringuée
    Tarte au citron meringuée avec citron confit
    Fiadone comme en Corse
    Biscuits au citron et fleur de sel 
    cake au citron confit et raisins au rhumcitron igp amalfi italy limone lemon

Bonne adresse : Les calissons d’Entrecasteaux à Eguilles

Dans quelques semaines le salon de thé – boutique de la confiserie d’Entrecasteaux ouvrira ses portes à Eguilles. L’occasion parfaite pour redécouvrir la production artisanale de ce calissonnier. Si la maison propose aujourd’hui d’audacieuses variantes au pastis, à l’huile essentielle de lavande ou encore au chocolat, la recette de son calisson traditionnel reste inchangée depuis 1889, date à laquelle l’aïlleul du calissonier actuel ajouta à cette confiserie aixoise des morceaux confits de gigérine. Une pastèque à confire provençale que l’on appelle citre à Apt ou méréville dans le Comtat Venaissin et dont la chair, une fois confite, retient l’eau et offre à ce calisson un moelleux incomparable et une sucrosité moindre que celle des autres calissons d’Aix.

 

Depuis le rachat d’Entrecasteaux il y a cinq ans par le propriétaire de la biscuiterie Père Gatounet, de jolies collaboration ont vu le jour autour du calissons et des biscuits : c’est ici que Déclaration gourmande se fournit pour ses calissons à imprimer ; ici que Marc Veyrat a glissé une note de Génépi des montagnes dans des calissons parés de vert tandis qu’en 2016, le croquant du shortbread à la lavande était à bord de l’Eurostar.

Biscuits, nougats, meringues et bien-sûr calissons… Toute la production demeure artisanale. J’ai eu l’occasion de visiter l’atelier où flottait dans l’air un doux parfum d’anis tandis que le pâtissier sucrait un à un les canistrelli prêts à cuire et que le maître calissonier façonnait une fournée de calissons à l’aide d’une presse manuelle qui lui permet de produire seulement une quarantaine d’unités à la fois. Ces calissons sont ensuite cuits quelques minutes puis emballés à la main.

Le bar à vrac pour les biscuits du Père Gatounet, qui peuvent aussi s’acheter conditionnés, est un bon plan zéro déchet car vous pourrez venir remplir vos pochettes en tissu. Parmi toutes ces douceurs j’ai un petit faible pour les longuettes de Provence qui me rappellent les Zézettes de Sète et bien-sûr pour les calissons ! Si vous n’avez jamais goûté ceux d’Entrecasteaux, rendez-vous avant le 20 mai 2018 sur Instagram pour gagner une boîte prestige de 280 g.

calissons-d-aix-cube_luxe_toutes_boites

La marche à suivre : 
Abonnez-vous sur instagram aux comptes @calissons_dentrecasteaux et @lapintadeaixoise
Taguez un ami en commentaire sous le post du concours et dites-moi quel est votre pêché mignon gourmand de Provence (vous pouvez laissez trois commentaires maximum pour jouer.)
Attendez-le tirage au sort du 20 mai 2018 !

Rendez-vous sur la boutique en ligne d’Entrecasteaux et bénéficiez de 10 % avec le  code BIENVENUE

boîte de 20 calissons – 280g : 19,90 €
barre de nougat blanc ou noir – 200g : 7,50 €
biscuits en sachet – 100g : de 2,2 € à 3,3 €

FB @calissonsdentrecasteaux
Insta @calissons_dentrecasteaux

Boutique-atelier
40, Impasse Emeri
Pôle d’Activité les Jalassières
13510 EGUILLES​
Ouverture du lundi au samedi
de 09H30 à 12H30 et de 14H00  à 18H00

 

Bonne adresse : Les Baratineurs à Aix

Ambiance décontractée et presque potache aux Baratineurs, néo-bistrot de la Place des Cardeurs où burgers XXL côtoient tapas, planches de charcuteries et salades généreuses. Les baratineurs ne se la racontent pas et la carte qui semble laisser l’embarras du choix est en réalité assez courte, c’est bon signe : trois plats de pâtes, des burgers, quelques viandes et poissons. Les assiettes sont copieuses et, plus inattendu, la carte des vins est pointue. Revelette, domaine Richeaume, on est tombés ce soir là avec plaisir sur nos vieilles connaissances !
Le jambon truffé et les asperges vertes font bon ménage avec la pasta tandis que le bun du burger est moelleux à souhait et sa viande cuite impeccablement. Rien de bien étonnant au dessert mais les amateurs de cheesecake ne seront pas déçus.
Sachez que ça chante aussi dans ce bistrot qui renouvelle le genre avec des concerts live toute la semaine. Il paraît que le brunch est terrible, il paraît… J’irai vérifier, je vous le promets !

Les Baratineurs
41, Forum des Cardeurs
13100 Aix-en-Provence
09 73 24 58 86
FB @lesbaratineurs
*
Ouvert du lundi au dimanche
de 12h00 à 15h00
de 19h00 à 00h00
*
Brunch dominical 20 €
Burger dès 14 €
Pâtes dès 13,50 €
Dessert 6,50 €
Menu enfant 10 €

City guide : Rome

Rome s’offre toujours nouvelle. Après ce dixième voyage dans la Ville éternelle, le charme opère encore et le plaisir est d’autant plus grand qu’il me semble que je commence enfin à sortir des sentiers battus. Point de Colisée ou de Basilique Saint-Pierre à vous recommander mais des visites plus confidentielles et des adresses où prendre vos repas avec des locaux et où dénicher des cadeaux originaux et abordables parmi une sélection de créateurs made in Italy.

Faire la queue une matinée pour visiter la Chapelle Sixtine et y entrer avec la foule, très peu pour vous ? Alors levez-vous aux aurores et mettez un peu la main au porte-feuille afin de bénéficier d’une visite avant l’entrée des groupes. Le guide vous retrouvera au Caffè Vaticano. Une fois passée la sécurité, rendez-vous directement à la Chapelle Sixtine grâce au raccourci indiqué. Prenez le temps d’admirer la Salle des cartes en attendant que le vigile vous ouvre la Chapelle. Vous aurez ensuite le loisir de retourner voir les salles du Museo Vaticano où se trouvent les collections papales (ne manquez pas la collection d’art contemporain !)

Rome est un mille-feuilles et rien de mieux qu’une visite des « catacombes » de la Basilique Saint Clément pour remonter le temps. Depuis la basilique actuelle jusqu’à l’édifice paléo-chrétien et au temple antique dédié à Mithra. La source qui coule sous la basilique accentue encore la magie de la visite.

Pour l’amateur d’art, la très fréquentée Villa Borghese est un incontournable mais attention il faut absolument réserver en ligne et à l’avance votre visite. Les billets ne s’achètent pas sur place, je m’y étais cassé les dents il y a 4 ans. Une visite plus confidentielle vous enchantera tout autant : celle du Palazzo Pamphilj. Au programme, une collection extraordinaire qui n’a jamais quitté l’escarcelle de la famille Pamphilj. Hors saison les galeries sont désertes et laissent place à la rêverie. Nous vous recommandons l’audio-guide très bien fait (et relativement indispensable.)

Pour admirer la ville d’en-haut, rendez-vous au Vittoriano, la « machine à écrire » comme l’appellent les romains. L’accès aux ascenseurs panoramiques se fait depuis le grand escalier et fait l’objet d’un billet spécifique, différent de celui des expositions qui se tiennent aussi dans le bâtiment.
Si la pluie est de la partie lors de votre voyage et que vous appréciez l’oeuvre de Fornasetti, une superbe expo se tient au Palazzo Altemps… Courrez-y avant le 6 mai.

Enfin, côté Antiquité, ne manquez pas le Forum Trajan. Sa restauration a pris fin en 2015 et c’est l’un des ensembles impériaux les mieux conservés de Rome. Marché, basilique et bibliothèque permettent, grâce à une restauration exemplaire, de plonger dans le quotidien de la Rome impériale.

Et dans l’assiette ? Nous avons été très déçus par notre passage au restaurant 1* Per Me et je n’ai pas fait de découvertes particulières lors de ce voyage mais je vous propose trois adresses bon marché. Maccheroni, autant fréquenté par les locaux que les touristes, vous permettra de goûter à quelques aliments que l’on ne trouve pas hors d’Italie. Comme la salade de Puntarelle à l’amertume délicate (si vous visitez Rome au printemps).
Pour déjeuner à petit prix et au calme à deux pas de la très touristique Piazza Navona, direction Il Desidero preso per la coda (En VF « Le Désir pris par la queue »). Généreuse polenta, assiette végétarienne copieuse et gâteau poire chocolat comme chez la nonna, régressif à souhait ! Le soir, la carte monte en gamme et les prix avec.

Bien-sûr, même s’il fait froid… Allez manger une glace à l’indétrônable Gelateria del Teatro, avec le succès ils ont poussé les murs et créé un restaurant attenant. L’adresse est moins confidentielle que jadis mais la via dei Coronari n’a rien perdu de son charme. Romarin/citron, sauge/framboise ou uva fragola en saison restent des must.

Et une fois n’est pas coutume sur ce blog, voici deux adresses shopping. BeC Store à côté du Campo de’ Fiori où vous piocherez avec bonheur dans une sélection de vêtements et accessoires élégants, colorés et qui sortent de l’ordinaire. Tous fabriqués en Italie ou en Europe. J’ai complètement craqué sur leur maroquinerie. Enfin, presque complètement puisque je suis repartie les mains vides.

Si vous aimez les chapeaux et les bijoux atypiques, la sélection de Sotto Bosco, via Baccina est faite pour vous. Verre, plume, résine, papier, pierres semi-précieuses, il y en a pour tout les goûts et toujours made in Italy. Pour les enfants, sachez que les puzzles aux boîtes rouges « Art Collection », disponibles notamment dans les boutiques du Vatican, sont fabriqués en Italie pour les éditions Sillabe.

N’hésitez pas, si vous avez des bonnes adresses romaines à m’en faire part sur le blog ou sur insta @lapintadeaixoise, a presto !